Femme néerlandaise au perroquet – estampe japonaise, XVIIIe s.

L’ancienne peinture de genre associée aux nouvelles tendances fut à l’origine des estampes japonaises connues comme ukiyo-e.
Les artistes représentaient des scènes de la vie quotidienne, les activités liées aux divertissements, et parfois des thèmes traditionnels et des caricatures, reflétant les goûts de la bourgeoisie urbaine de l’époque d’Edo (1603-1868).
Les estampes des personnages et érotiques ont envahi le marché européen à l’époque, suivis de très loin par le paysage, qui s’affirma au XIXsiècle.
 L’école de Nagasaki-e a fait une série de gravures qui montraient des portraits des étrangers néerlandais de passage au Japon. Cette gravure appartient à la collection japonaise du British Museum disponible ici.
Orandajo no zu (figure néerlandaise), estampe japonaise Nagasaki-e XVIIIe siècle
Kaswaars dacho zokusetsu ni hi-kui tori to iu
Néerlandais et esclave javanais offrant du charbon à un casoar
ST Nagasaki-e estampe XVIIIe siècle
Hollandais se promenant avec son esclave javanais tenant un parapluie et un chien.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s